Accueil > Édito > Voeux présidentiels, une posture mais quel projet ?

Voeux présidentiels, une posture mais quel projet ?

mardi 2 janvier 2024

◷ Lecture 3 min

Les vœux présidentiels constituent un exercice obligé. Le président Macron se livrait le 31 décembre pour la septième fois à ce rite républicain. Que retenir de cette prestation, sinon sa brièveté ? Peu de choses finalement...
Une posture, un volontarisme de façade, avec la répétition sept fois du mot « réarmement », décliné à toutes les sauces, et onze fois du mot « agir »...

Le président Macron affectionne les postures viriles. En parlant de réarmement, qu’il s’agisse de réarmement civique, ou de réarmement des fonctions régaliennes de l’État, le discours présidentiel flattait la partie de l’opinion qui se laisse séduire par les thèses les plus conservatrices.
En vantant sa détermination à agir, au cours de l’année passée, il s’est félicité des deux lois régressives imposées par son gouvernement au cours de l’année 2023, la réforme des retraites adoptée aux forceps contre la majorité de l’opinion, et la loi « Immigration », déclinaison législative de la préférence nationale chère à l’extrême droite.
Lorsqu’il nous parle de sa volonté d’agir pour faire de 2024 « une année de détermination », sans être plus précis, au vu de la politique menée depuis mai 2017, nous pouvons former quelques craintes légitimes quant à l’évolution des droits sociaux des travailleurs comme au devenir de notre protection sociale.

Pour adoucir les perspectives et tenter une nouvelle fois d’inscrire sa politique dans l’histoire, le président Macron nous a présente l’année à venir comme un « millésime remarquable » avec trois évènements références pour le bon peuple : Les Jeux Olympiques, la réouverture de Notre Dame, et les 80 ans de la Libération...
Pour ce qui concerne les Jeux 2024, le coût prohibitif des billets, des hébergements et des transports sera tel que nombre de nos concitoyens en seront réduit à suivre la chose à la télévision, si elle retient leur intérêt.
Quant à Notre Dame, le président a choisi d’en faire une grande cause nationale, et tire gloire d’avoir réussi sa restauration en cinq ans. Laissons-le à sa satisfaction, et considérons que dans leur majorité, les Français ont, par les temps qui courent, d’autres préoccupations que l’érection d’une flèche gothique, dont l’original datait... du XIX ème siècle. On se souviendra que six mois avant l’incendie de Notre Dame, l’effondrement d’immeubles insalubres rue d’Aubagne à Marseille, qui avait coûté la vie à huit résidents, n’avait pas éveillé chez le président une détermination de même nature pour compenser le sinistre.
Pour ce qui est du 80e anniversaire du débarquement, le président devrait se souvenir que son « itinérance mémorielle » de 2018 sur les champs de bataille du premier conflit mondial, fut suivie, d’à peine quelques jours, par l’explosion sociale des gilets jaunes. Il n’est pas toujours facile de détourner l’attention du peuple de ses préoccupations légitimes.

Au cours des 13 minutes de son allocution, le président n’a pas eu un mot pour ce qui préoccupe prioritairement les 17 millions de retraités... Alors pour tenter, à sa modeste place, de pallier ce manque, l’équipe nationale de l’UNSA Retraités forme quelques souhaits qui pourraient aisément rendre plus douce la vie de nos concitoyens qui ont dépassé la soixantaine :

  • Formons le vœu qu’aucune pension ne soit inférieure au SMIC pour les salariés justifiant d’une carrière complète...
  • Formons le vœu que le minimum vieillesse atteigne enfin le seuil de pauvreté pour assurer à chaque personne âgée un niveau de vie décent.
  • Formons le vœu que notre système de santé permette à chacun de se soigner correctement et d’être pris en charge dans des délais corrects sans avoir à parcourir des kilomètres.
  • Formons le voeu qu’une loi Grand âge assure enfin de façon convenable la prise en charge des seniors en perte d’autonomie, à domicile comme en établissement.
  • Formons le voeu que la citoyenneté des seniors soit mieux reconnue, et que ceux qui se sont donné pour mission de porter leur voix soit mieux entendus.

Plus fraternellement, l’équipe nationale de l’UNSA Retraités souhaite à tous les lecteurs de notre lettre numérique une très belle année 2024 et adresse à chacun d’entre eux, ainsi qu’à leurs proches, tous ses vœux de santé de bonheur et de prospérité.